Laisser bébé plusieurs jours, guide de survie

Il y a un moment où on laisse son bébé aux grands-parents pour partir en week-end, en vacances, en voyage d’affaire, qu’importe. On part, on laisse le ou les enfants encore petits, et souvent, c’est l’angoisse.

La première fois, pour Petit Poussin nous étions à un mariage, il avait 4 mois 1/2. Je n’ai pensé qu’à lui et nous sommes retournés le chercher ventre à terre le lendemain matin. Il a depuis passé suffisamment de temps chez ses grands-parents, d’un côté comme de l’autre, pour que je sois plutôt relax.

Depuis la naissance de Mini Lapin, c’est redevenu rare, parce que j’ai allaité plus de six mois. Et puis c’est plus difficile d’imposer deux enfants dont un nourrisson et un adolescent de deux ans en pleine crise du Non.

Et voilà, après deux jours d’essai pour le nouvel an, ils sont chez mes beaux-parents pendant dix jours. C’est long, je ne sais pas si je vais survivre. Pour eux, ça devrait aller.

Petit point sur la logistique pour quitter un bébé plusieurs jours sans se faire un ulcère à l’estomac :

1. Envoyez-le en terre bien connue

Chez des grands-parents qu’il voit souvent, oncle, tante ou amis qu’il connait bien et chez qui vous avez passé du temps ensemble. Si possible, là où il va, bébé a déjà ses petites habitudes, un lit où il a dormi, des jouets qu’il est excité de retrouver, il y a déjà pris des repas, un bain etc… Bref, rien n’est étrange(r), sauf l’absence de ses parents.

2. Laissez-lui des repères

  • Bébé emmène son doudou, avec un peu d’odeur de la maison (vous attendrez le retour à la maison pour le laver). S’il n’est pas encore vraiment attaché à un doudou, on peut lui laisser un lange porté un jour ou deux dans son décolleté.
  • S’il n’y a pas de photos de vous exposées sur la cheminée, vous pouvez laisser un petit album de photos, pour qu’il se rassure en vous regardant. Préserver l’image exacte de ses parents est apparemment très important pour qu’un bébé garde le moral, et plus les jours passent, plus elle s’efface.
  • Prévoyez les quelques jouets préférés, les livres favoris pour l’histoire du soir ; votre enfant joue sur l’ipad une demie heure tous les soirs pendant que vous préparez le dîner ou donnez son bain au second ? Si vous pouvez survivre une semaine sans, laissez-lui. Les grands-parents aussi ont droit à 5 mn de répit.

3. Écrivez un manuel d’utilisation

Comme pour l’entrée à la crèche, faites un petit récit de sa journée type : ses horaires, ses petites habitudes, mais aussi les informations importantes comme les prises de médicament et le dosage, les allergies, le stade de diversification, vos recommandations… si vous êtes inquiète, n’ayez pas peur d’en mettre trop mais avec tact dans la formulation. Si les grands-parents vous expliquent qu’ils connaissent déjà l’enfant et que d’ailleurs ils en ont élevé deux, trois, dix, redites (vous l’avez sûrement déjà dit) que :

  • Chaque enfant est différent, et s’ils veulent avoir un bébé souriant et qui s’endort comme un charme il vaut mieux savoir qu’il a besoin d’un massage d’estomac 1h après le repas sinon il hurle et qu’il ne s’endort dernièrement que porté horizontalement, la tête à gauche et en dansant la carioca. Non ?
  • Les consignes en pédiatrie et la législation ont changé en 30 ans, par exemple on ne met pas de calva dans le biberon, on attache les enfants bien serré dans leur siège auto, on les couche sur le dos dans une gigoteuse, on ne leur donne pas de sirop anti-toux, ni de vix vapo rub avant 3 ans (ça fait convulser), on ne laisse pas hurler les bébés (pas les miens) etc.
  • Vous êtes certaine que vos enfants vont passer une merveilleuse semaine, mais vous allez passer une semaine horrible si vous avez l’impression d’avoir oublié de dire quelque chose d’important, vous êtes une mère quand même, il faut comprendre votre détresse.
  • Ça va bien se passer ma chérie, merci pour ces informations très utiles et ces recommandations que nous suivrons à la lettre, ne t’inquiète pas, au revoir et amuse-toi bien/repose-toi bien/travaille bien !” est la seule bonne réponse à vous donner. Si elle leur vient spontanément vous avez des parents/des beaux-parents en or.

4. Faites une valise raisonnable mais complète

Vos enfants partent chez des gens qui ont le chauffage, l’électricité, l’eau chaude, et surtout, un lave-linge. Il y a encore des gens qui n’ont pas de lave linge, dans ce cas faites les valises de vêtement comme pour des vacances à l’hôtel.

Les vêtements (pour 4 jours ou plus, avec lave-linge)

  • 4 tenues complètes : chaussettes/pantalons/hauts (+tricot de peau en hiver)/pulls ;
  • 2 paires de chaussures (sandales/chaussures couvertes ; chaussures/bottes de pluie ; etc. en fonction du climat) ;
  • 4 pyjamas ;
  • Pour un bébé en body : 8 bodys ;
  • Pour un enfant à peine propre : 8 sous-vêtements ;
  • Les ajouts de saison : blouson/bonnet/écharpe/gants ou imper, maillot de bain anti-uv, bob etc.

La trousse de toilette/à pharmacie

  • Le traitement en cours, avec le nom de l’enfant (s’il y en a plusieurs) et la posologie écrit au feutre pour cd à même les bouteilles ;
  • Le carnet de santé avec dedans une autorisation de soin nominative, et si possible la carte vitale sur laquelle est l’enfant ;
  • La pharmacie “au cas où” : Paracétamol, et traitements “fréquents” même s’il n’est pas en cours, par ex pour un bébé qui siffle vite en cas de rhume, son babyhaler + ventoline, ou s’il fait des allergies cutanées son sirop antihistaminique et un tube de crème corticoïde. Vous aurez donné les consignes correspondantes dans le manuel d’utilisation (cf. 3.) ;
  • Les petites affaires de toilette habituelles : sérum phy, gel douche physiologique, crème, brosse à dent etc. ;
  • Des couches et des lingettes/liniment & co., sauf si vos parents/beaux-parents sont des amours et qu’ils ont toujours un paquet de couche d’avance.

Pas la peine de mettre deux bidons de crème hydratante et toute la boîte de sérum phy pour 6 jours, pensez à vérifier qu’il y a des pansements et de la biseptine dans la boîte à pharmacie de la maison où vos enfants vont séjourner.

L’alimentation

Les grands-parents sont capables de nourrir leurs petits enfants une semaine, pas la peine de remplir un sac de nourriture. Pour autant, ils n’ont pas forcément le matériel nécessaire.

  • Biberons : 2 ou 3, pas tout le lot, c’est temporaire ;
  • Boîte de lait en poudre de la maison (mettez-vous d’accord sur l’achat de la suivante, si elle se finit pendant le séjour) ;
  • Bouteille d’eau, pour laisser le temps d’en racheter ;
  • Si c’est un bébé au stade purées, vérifiez qu’il y a un mixer sur place, sinon apportez le vôtre ;
  • Avant 1 an, prévoyez des cuillères adaptées ;
  • 4 bavoirs par enfant ;
  • S’il y a des choses que Pilou ne mange pas, le manuel d’utilisation est là pour ça.

Le matériel de puériculture

Si vous avez de la chance les grands-parents sont équipés (ma famille et ma belle-famille sont vraiment des amours), sinon gardez-le au minimum. Voilà la shortlist :

  • Lit parapluie + gigoteuse ou petite couette selon l’âge ;
  • Poussette : fait aussi transat et chaise pour manger pour un petit qui tient mal assis (si la maîtresse de maison accepte une poussette sur son parquet ciré) ;
  • Siège auto/Cosi ;
  • Si la poussette ne rentre vraiment pas dans la cuisine, un transat, qui fera donc aussi chaise haute basse.

Pour le reste, je ne vois pas ce qui peut être vraiment indispensable sur une aussi courte période. N’oubliez pas qu’il faudra transporter tout ça avec les enfants jusqu’aux grands-parents, et le ramener ensuite. Si vous avez un budget extensible vous pouvez leur financer l’achat du matériel qui restera chez eux, ou leur suggérer d’investir si votre bébé est le premier de nombreux petits enfants.

Astuces pour faire sans certains équipements de puériculture

  • Chaise haute : Un enfant qui tient bien assis s’attache à une chaise avec deux écharpes nouées, une autour du ventre et du dossier de la chaise, l’autre s’attache à la première au niveau du nombril, passe entre les jambes, sous l’assise, et s’attache à l’autre écharpe dans le dos. Voilà ! C’est du camping, mais ça dépanne. Pour varier la hauteur, on met des bottins ou des encyclopédies sous le petit derrière avant de l’attacher.
  • Baignoire : Une bassine fait une très bonne petite baignoire, et sinon, la baignoire familiale est parfaite. Il suffit de 10 cm d’eau pour baigner un bébé.
  • Matelas à langer : Une serviette de bain sur un lit est parfaite, et si la grand-mère a peur pour ses draps, sur la toile cirée de la table de la cuisine ça marche aussi.
  • Chauffe-biberon : Si vous avez peur de la brûlure avec les 10 sec. au micro-ondes, le traditionnel bain marie marche bien. On peut aussi remplir un grand bol avec de l’eau bouillante et y mettre le biberon, l’eau aura refroidi avant que le biberon ne soit trop chaud.
  • Vaisselle : C’est le moment de sacrifier les bols ébréchés, et de ressortir les verres de cantine.
  • Bavoirs : Rien de plus chic qu’un torchon autour du cou.

5. Les problèmes de santé potentiels

  • Mettez vous d’accord d’avance sur ce que vous souhaitez en cas de soucis de santé, poussée de fièvre, grave maladie ou accident : vous voulez être mis au courant sur le champs, et donner votre accord pour toute intervention/prise de médicament ?
    Ou bien vous voulez que les grands-parents se précipitent chez le médecin à la moindre alerte ? Dites-le clairement.

[box] Vous n’avez pas forcément la même notion de ce qui mérite une visite chez le médecin : cette belle entaille sur le front d’un petit laissera une vilaine cicatrice sans colle ou strips ? Pour vos parents, un peu de désinfectant, un pansement, et ça roule.[/box]

  • Parlez des frais de santé à avancer. Bien sûr, vos parents s’ouvriraient les tripes pour vos enfants. Mais ça fait toujours du bien de dire que vous rembourserez les frais médicaux. Laissez la carte vitale avec l’enfant, au cas où la note soit peu trop salée sans tiers payant.
  • Si c’est grave, bien sûr vous allez vous précipiter, mais le temps que vous arriviez il peut y avoir des décisions critiques à prendre, n’oubliez pas d’en donner pouvoir aux personnes qui gardent vos enfants (même si un médecin en France se passe légalement d’autorisation parentale s’il estime que la vie de l’enfant en dépend).

 6. Détendez-vous !

Soyons réalistes, quelques soient les instructions que vous allez laisser, et le soin que vous allez mettre à préparer le séjour de bébé chez ses grands parents, les choses ne se passeront pas tout à fait comme vous l’auriez voulu. Du moment que l’enfant n’est pas en danger et qu’on lui fournit de l’affection, il n’y a pas mort d’homme. Il manque quelque chose ? Le supermarché et la pharmacie ne sont pas loin. Bébé ne dort toujours pas quand vous appelez à 21h ? Ça ne l’empêchera pas de reprendre son rythme en rentrant à la maison. Il est pourri gâté, ou les grands-parents sont un peu old school, respirez, ça n’est pas si grave, il sait bien que ça n’est pas vous.

Vous avez enfin l’occasion de bien dormir la nuit, profitez-en !