Dans mon monde

Dans mon monde...

Sur une idée de la mère Cane, sur son blog La mare au canard, une petite description de mon monde à moi.

Dans mon monde il y a mon Petit Poussin qui m’a empêché de dormir la nuit avant même d’être né, tellement les yeux désolés des obstétriciens me glaçaient. Mon bébé qu’on a forcé à naître un peu trop tôt, et qui ne voulait pas sortir. Mon fils si beau, mon fils tant aimé, qui m’a refusé sa tendresse pour me punir d’être enceinte de son frère. Pour se protéger. Dans mon monde, j’ai du reconquérir mon fils, et mon cœur tressaille à chaque baiser qu’il me réclame, à chaque sourire qu’il m’offre. Dans mon monde, l’amour de mon fils est précieux.

Dans mon monde, il y a mon Mini Lapin, qui est né sans faire d’histoire quand on lui a signifié la fin du bail, rab compris. Mon bébé relax, mon bébé qui prend son temps. Neuf mois dedans, neuf mois dehors, grossesse parfaite, naissance parfaite, bébé (presque) toujours souriant. Dans mon monde, cette petite merveille de douceur, tranquillement, l’air de rien, a un caractère bien affirmé. Dans mon monde, il y a un orni (objet rampant non identifié) ; je ne sais pas comment ça va tourner.

Dans mon monde, il y a mon Mari. L’Homme, le mâle à l’ancienne, du genre qui nourrit sa famille et le père moderne, du genre qui change les couches et qui se lève la nuit. Tous les superlatifs s’appliquent : très grand, très fort, très intelligent, très travailleur, très courageux, très immature, très énervant, très inconscient, très buté, très beau, très geek, très papa poule… dans mon monde, j’Aime avec un grand A, j’Admire avec un grand A, même quand il m’Agace. Ça n’est pas à la mode, mais c’est comme ça.

Dans mon monde, il y a mon projet, ma Kinkiu Corp., qui me prend tout le temps que me laissent mes enfants, il y a les chiffres, et les lois, et les business plans, et les plans marketing, et les plans de financement, et les spécifications, et les bases de données, et les mind maps, et, encore plus importants, les parents, les enfants, les superhéros, pour qui je fais tout ça.

Dans mon monde il y a mes amis, il y en a peu, il y en a beaucoup, je ne suis jamais sûre, les plus anciens, les plus récents, et finalement tous précieux, vraiment, pour chaque minute toujours trop rare passée ensemble. Au bout de combien d’années est-on ami ? Au bout d’une vie entière ? Au bout d’une bière entière ? Certains amis sont ma famille, certains sont les amis d’un moment, l’important c’est cette chaleur du coeur en se (re)voyant.

Dans mon monde, justement, il y a ma famille. Mes parents, mes frères, essentiels à ma vie. Mais aussi mes grands-mères, la mémoire de mes grands-pères, les oncles, les tantes, les cousins, les cousines, d’un côté comme de l’autre, mon clan, mes clans. Ma famille de fous, de folles, ma famille (presque) normale, ma famille (plutôt) bizarre, ma famille (vraiment) barrée, ma famille qui se dispute et qui fait la gueule, ma famille qui se rassemble et qui s’aime. Ma famille.

Dans mon monde, il y a sa famille. Ses parents, ses frères, ses grands-parents, ses oncles, ses tantes, ses cousins, ses cousines. Ceux qu’on voit peu, ceux qu’on voit souvent. Sa famille qui m’a adoptée avec une immense gentillesse, ma famille aussi, aujourd’hui.

Dans mon monde, il y a les histoires, les ancêtres, les fantômes, les personnages. Il y a Alfred et Antonine, les époux maudits, Olinde, le mathématicien, Pierre, le dragon, Karol, l’exilé, tous des fantômes… Il y a Marion, et son chien Rouge, Laure, toujours en Italie, et tant d’autres personnages inachevés. Dans mon monde, il y a une écrivaine qui n’est pas devenue, faute d’écrire, et qui se promène avec cette foule autour d’elle que personne d’autre ne voit. Dans mon monde, je ne suis jamais seule.

Dans mon monde, il y a le TDA, et cette détresse de ne pas fonctionner tout à fait comme tout le monde. Dans mon monde, le TDA est en retard, il est dans la lune, il est maladroit, il est décalé, il est émotif, il a du mal à téléphoner, il perd mes affaires et ne m’aide pas du tout à comprendre les gens. Dans mon monde, le TDA et moi, nous apprenons doucement à vivre ensemble, lui à se plier à mes petites stratégies et moi à lui pardonner. Dans mon monde, parfois j’en ai marre, et je deviens droguée sur ordonnance juste pour être normale. Dans mon monde, parfois je n’arrive pas à appeler pour avoir une ordonnance, c’est un peu le serpent qui se mord la queue.

Dans mon monde, il y a moi. Je suis un peu la somme de tout ça. Avec la gourmandise, les kilos et les complexes, la geekitude, les voyages, les livres, le parcours atypique typiquement moi, l’envie, le bordel, le stress, la zenitude, la paix. Dans mon monde, on m’a dit un jour que si mes amis étaient tous les ingrédients d’un Pho, je serais le bol. Je ne suis toujours pas sûre de comment je dois le prendre. Dans mon monde, je suis une collectionneuse de petits moments de joie, d’émerveillement, de satisfaction, d’amour ; je les colle, je les accroche, je les réchauffe, et ils se transforment en bonheur.

Parents, pensons la réforme des rythmes scolaires ensemble.

Parents #réforme

Nous sommes parents.

Nous sommes inquiets.

En maternelle et en élémentaire, le passage à la semaine à 4,5 jours doit être mis en œuvre dès la rentrée 2013, soit dans 9 mois. A ce jour, l’information dont nous disposons est parcellaire et contradictoire. Le projet tel qu’envisagé ne nous semble pas à la hauteur des enjeux.

Nous croyons cette réforme nécessaire et en partageons les objectifs, à savoir mieux apprendre et favoriser la réussite scolaire de tous. Depuis 2008, les écoliers français ont le nombre de jours d’école le plus faible des 34 pays de l’OCDE et de fait des journées plus longues et plus chargées que la plupart des autres élèves dans le monde. Cette situation est préjudiciable et doit être revue.

Cependant, le projet de réforme qui nous est présenté ne nous semble pas répondre à ces objectifs. Le choix de l’organisation sera à la discrétion des municipalités. On risque de se retrouver avec des communes où les enfants auront cours le samedi, d’autres le mercredi, d’autres encore auront une pause de midi allongée, d’autres finiront plus tôt et auront une période d’études/garderie plus longue, etc. Les moyens mis en œuvre dépendront essentiellement du budget des communes. Impossible, dans ces conditions, d’imaginer que cette réforme soit facteur d’égalité entre tous les enfants de France, quel que soit leur lieu de résidence et leur établissement scolaire. Il appartiendra aux municipalités de faire un choix et d’en répondre devant les électeurs en 2014.

Nous espérions qu’à l’occasion de la réforme des rythmes scolaires, la place des arts, de la culture, des langues et du sport, etc. serait au cœur des préoccupations. Or, l’opacité des moyens à mettre en œuvre, l’augmentation du nombre d’enfants par animateur dans le temps périscolaire ainsi que la place choisie par les mairies pour ce temps (notamment à l’heure du déjeuner) vont diluer ces espoirs de diversification et de renforcement de ces enseignements.

Nous espérions également que cette réforme porterait sur l’intégralité du rythme scolaire, y compris le découpage entre vacances et classe et notamment la durée des grandes vacances. Force est de constater qu’il n’en est rien.

Nous sommes déçus et inquiets et rejoignons ainsi bien des enseignants. Nous craignons que l’augmentation du temps périscolaire sans réflexion quant à son contenu ni quant aux moyens de mise en œuvre fasse de ce temps un temps de désœuvrement organisé… Cela irait encore une fois à l’encontre de l’objectif de la réforme.

Afin de préserver le symbole de la demi-journée de cours supplémentaire, Il est essentiel de ne pas sacrifier les apprentissages, de ne pas perdre cette opportunité historique d’accroître l’égalité des chances des enfants face aux activités artistiques et sportives en créant du temps de garderie. Cela n’apporterait rien aux enfants, dévaloriserait un peu plus l’école et la fonction des enseignants et  remettrait en question l’organisation des familles.

Nous devons à nos enfants une réforme ambitieuse.

Citoyens connectés, blogueurs, parents, nous avons reçu de nombreux retours d’autres parents qui partagent nos inquiétudes et ne se sentent pas représentés.

Nous demandons à être entendus.

Prenons le temps de réformer l’école ensemble.

Les 81 Signataires

8alamaison , Agathe VANDAMEAimé Blumentern , Allo Maman Dodo ,
Anaïs PetitevieAnnabelle , Astrid LareinedeliodeAudrey, Madame Koala ,
Aymeric Marlange , Béalapoizon , Bettina Brouard , Buhot Stéphanie , Carole Nipette ,
Caroline , Céline Fenie , Ces Doux moments ,
Chiawaze , Ciloubidouille , Claire Hoenen , Colombe ,
Cranemou , Cynthia , David Beck , Delphine Gagnon , Doudette , Estelle Malice et Blabla,
Estelle Peralta , Expressions d’enfants , FashionMama , Florence ,
FlorenceMKoenig , Gaëlle Picut , Gauthier Vranken , Ginie Femmesweetfemme ,
Harmony Rouanet , Henry le Barde , Isabelle Duvert , Jane Gueneau aka. Libelul ,
Julesetmoa , Julie B , Julie Dessagne , Julien , Juliette Merris , Karen Demaison ,
Karine Un bébé pour mes 30 ans , La Poule Pondeuse ,LN moitoutetrien ,
Lul en Lune , Lulu From Montmartre , Lydiane Le Roy ,
M Delobel , Madame , Madame Parle ,
Madame Zaza of Mars , Madame Ziadeh , Maman nanou ,
Mamanwhatelse , Marc Guidoni ,Marie-Gwénaëlle Chuit ,
Marlène Schiappa , Mauvais Père , Mazzhe , Michaëla Avventuriero ,
Michèle, Maman on bouge , Missblogdel , MissBrownie , Naddie , Nadine A ,
Nicolas Gilbert @zegilbos , Parisienne Vincennes , Pourquoisecompliquerlavie , Sabine ,
Samuel Lamotte d’Incamps , Sandra Elle , Sandrine Donzel ,
Sophie Reynal , Tetedeblog , Till the Cat , Unperfect mum ,
Voilapapa , Yusaku (Père de 3 enfants)

Et ceux qui en parlent

La famille déjantée , La tanière de la farfa , Supaman