Les châteaux de la Loire

Il parait que le temps sera à peu près normal ce week-end. Tant mieux, pour nos quatre ans de mariage nous partons “en famille” pour les châteaux de la Loire, une première, il faut que le temps soit avec nous.
Notre programme est encore flou : il faut que nos visites soient amusantes, ou au moins supportables pour Arthur (Hadrien est content du moment qu’il me voit et qu’il boit régulièrement), donc le marathon des châteaux est exclu.

Nous partons ce soir, et avons réservé une suite familiale dans une maison d’hôte à Blois pour deux nuits, le Manoir du Vieux Cèdre. Comme je m’y suis prise au dernier moment, c’est un peu un choix par défaut, mais la propriétaire a l’air très sympa et je voulais absolument avoir deux chambres contiguës, plutôt que de nous entasser à quatre dans une seule chambre.

Les dragons, groaar ! (c) maison de la magie

Nous serons donc à Blois au réveil, et je pensais commencer la journée par la Maison de la magie : des dragons qui jaillissent des fenêtres, ça semble prometteur, non ? Figurez-vous que Blois est la ville de naissance du magicien Robert-Houdin, d’où la présence de ce lieu extravagant juste à côté du château de Blois.

Nous pourrions poursuivre par la visite du château de Blois, ancien château royal refait par François 1er. C’est là que sont mortes Anne de Bretagne puis sa fille, la reine Claude (à 25 ans, après avoir donné sept enfants en huit ans à François 1er, pauvre bichette), que le duc de Guise a été assassiné sur ordre d’Henri III et que Marie de Médicis a été envoyée en exil après la prise de pouvoir de son fils Louis XIII, parmi tant d’autres événements historiques.
Je sens qu’en rentrant je vais relire tout Fortune de France de Robert Merle ! Si vous aimez les feuilletons, celui-là est bien écrit et historiquement exact… et il faut reconnaitre que les scénaristes de l’histoire de France (comment ça, je divague ?) se sont donné bien du mal pour rendre le tout passionnant, il y a du sang, de l’amour, de l’argent, des complots, de la politique, encore mieux que dans Plus belle la Vie !

Nous voudrions voir le château de Chambord également, pourquoi pas demain après-midi ? Il y a un spectacle équestre à 16h30. Ça dure 45 mn, est-ce que Petitpoulet tiendra le coup ? Des chevaux, des costumes, des couleur, ça devrait aller, non ? Et puis le château en lui-même est un tel monument de sucre glace qu’on y tiendra bien un quart d’heure.
Ensuite, relâche, dîner, et si tout le monde est en forme, on retournera à Blois pour le son et lumière, mais c’est assez tard, on verra si Petitpoulet est en état.

Vue aérienne de Chambord (c) domaine national de Chambord
Yuan Zi (c) zooparc de Beauval

Pour le dimanche, je ne suis pas sûre qu’on visite d’autres châteaux, ça nous en laissera pour la prochaine fois (il y en a 19 quand même, à 1h 30 de Paris c’est une destination facile), par contre nous irons peut-être au zoo de Beauval, qui est à 40km de Blois. D’abord, nous ne sommes jamais allé au zoo avec Arthur. Je sais, lynchez moi. Ensuite, c’est un zoo fantastique, qui accueille des Pandas depuis janvier dernier : on peut suivre toutes leurs aventures sur leur propre site, .
Franchement, ça vaut le coup d’aller voir si les panda font le même bruit que dans l’imagier Gallimard La Jungle dont je vous parlais hier. Et puis il n’y a pas que des pandas, il y a aussi des tigres blancs, des koalas, des tapirs et même des microglosses (je vous laisse chercher ce que c’est) !

Bon, ok, je regarde tout ça en même temps que je vous écris, et je crois bien qu’à l’issue de ce billet, notre séjour est organisé.

Voilà pour nous ! Et vous, vous avez prévu des activités sympas pour le week-end ? Il y en a pour qui c’est déjà le grand départ en vacances ?

Je viendrai bien sûr vous faire un rapport sur la visite de ces différents sites avec de jeunes enfants…

Bon vendredi et bon week-end !

Les petits imagiers musicaux de Gallimard jeunesse

Pinponpinponpinpon…

Ces livres nous ont sauvé la vie. Souvent.
Bien sûr, ce sont des livres musicaux, ou plutôt, des livres qui font des bruits. Catastrophe ! Tout le monde sait que donner à son petit quelque chose qui fait du bruit est la manifestation d’un certain masochisme.En général, ce sont les amis qui vous offrent ce genre de chose, en particulier ceux qui n’ont pas d’enfant, ils ne savent pas, les pauvres (ou ils savent très bien et ils en ont fait exprès, les chacals puants !).
Mais un niveau sonore tolérable est une bénédiction quand il prévient les cris, pleurs, demandes incessantes et occupe un enfant qui essaierait sans cela de réduire ses parents à l’état de petit tas de cendres fumantes. À fortiori quand on ne peut rien y faire, en voiture par exemple.

Le cri du panda est difficilement imitable, vous verrez.

Cette fantastique petite collection illustrée par Marion Billet (clic clic), donc, comporte un thème par livre et un son par page, qu’on déclenche en appuyant sur une pastille. Le son est de bonne qualité, et surtout, ce sont des enregistrements, pas des sons reconstitués ou imités.
Il n’y a qu’un mot par page, celui du son, charge aux parents de décrire les images ou d’inventer des histoires. Arthur a trouvé comment appuyer seul sur les pastilles un peu avant un an, nos vies s’en sont trouvées changées (si si) !
Certains ouvrages sont un régal, comme celui sur les oiseaux ou celui sur la nature, même s’il y aura toujours une personne mal embouchée pour trouver le bruit de la mer et des mouettes affreusement dérangeant.

Houhouhouou !

Encouragés par le succès de cette collection auprès de notre petitpoulet, nous avons donc testé et approuvé les titres suivants :
Les Jouets : gros gros succès, surtout le camion de pompier, forcément ;
La Nature : de loin mon préféré, et heureusement celui d’Arthur après les Jouets. On s’évanouit de joie en écoutant le bruit de la rivière qui coule, de la pluie qui tombe etc. ; 
La Jungle : pareil, je recommande, surtout pour le bruit du panda !
Les Oiseaux : révisez avec bébé vos chants d’oiseau, très agréable ;
La Ferme : grouiik !
Mes Animaux : le dernier acheté, celui qui a eu le moins de succès, on verra s’il fait mieux avec minipoussin.

Il y en a d’autres, notamment Les Instruments, en deux tomes, qui viendront compléter notre collection pour Hadrien. Il va aussi falloir remettre des piles (oui, la Nature et les Jouets ont été tellement “lus” qu’ils ne fonctionnent plus), rafistoler les tranches arrachées, et roule !

Le premier bain – pas celui du bébé, le mien

Quel week-end formidable !
On a commencé par une expédition au supermarché en duo avec Arthur, qui s’est rendu compte au bout de deux cent mètres qu’il manquait son frère : “Maman, maman, il manque Hadrien ! Il manque Hadrien !” Panique à bord, le petit frère symbiote de Maman a disparu, le fonctionnement de l’univers en est bouleversé. Tous ces mois avec un bébé dans le ventre puis dans les bras, il doit penser que je n’existe plus sans cette excroissance.
J’ai profité de la virée pour faire un petit stock de biscuits sans PLV, puisqu’il faut en fournir à la crèche pour le goûter. Première pêche : le Petit Brun (c’est comme des petits beurre, mais sans beurre), miam ; les biscuits cuillers Carrefour, supermiam ; les muffins au chocolat Carrefour, beuh ; les gaufrettes framboise Carrefour, très convenables (pour une raison mystérieuse, il y a des PLV dans les pailles d’or de Lu, où va le monde) ; des mini Savanes de Brossard, ça va. Du coup je vais ouvrir une page “sans PLV” où je rajouterai au fur et à mesure ma “liste de courses” sans PLV, en éliminant directement ce qui est immangeable si ça ne dérange personne. 

J’ai pris mon premier bain depuis la naissance d’Hadrien, il y a deux mois et demi. Ne ricanez pas, j’ai quand même réussi à me doucher de temps en temps. Avoir des enfants oblige à être plutôt organisé, en particulier quand on travaille, et encore plus quand on travaille à domicile (à fortiori avec un bébé à côté le temps qu’il aille à la crèche en septembre). Ce n’est pas ma caractéristique première, je dois sacrifier les longs bains à des impératifs logistiques triviaux, comme nourrir mes enfants, ou bosser quand ils dorment. Mon sens approximatif de l’ordre a un impact sur l’aspect général de notre foyer, même si, pour n’être pas trop dure avec moi-même, je dois m’accorder de gros progrès depuis la naissance d’Arthur. Comme je veux fournir à mes futures belles-filles des hommes vaguement ordonnés, ça peut toujours servir, j’essaie de leur donner le bon exemple.
Je vais donc participer au challenge d’un blog consacré exclusivement à l’ordre et à l’organisation (eh oui, impressionnant, non ?) : le 52 Weeks Organized Home Challenge. Cette semaine est dédiée à l’organisation des livres, c’est exactement ce dont nous avons besoin ! On verra si j’arrive à faire tenir cette tentative d’amélioration de notre environnement domestique dans les petites cases déjà chargées de mon agenda.

Le reste du samedi fut plein de toboggan, de lunettes de soleil pour bébé et de bouquet de fleurs. Notre dimanche commença avec des tartines de margarine et continua avec de la tarte aux abricots pour se consoler de la pluie battante. La tarte n’était pas de moi, inutile d’en réclamer la recette, et pourtant elle était fantastique vous pouvez me croire. Nous avons passé la journée à parler famille et à refaire l’économie mondiale, certains en ont même profité pour faire une bonne sieste, un dimanche idéal en somme(s).
Bon lundi !

Le jour des livres

Il paraît que le jeudi c’est le jour des enfants, mais bon, c’était il y a trèèèès longtemps (que ceux qui ont connu le jeudi comme jour de repos lèvent la main – ha bon, quand même ?), du coup on peut décider arbitrairement que ça sera le jour des livres.

Les livres pour enfant commencent à prendre une place considérable chez nous, Petitpoulet, deux ans, va bientôt en avoir assez pour ouvrir sa propre bibliothèque de quartier. C’est un bon “lecteur”, avec ses coups de cœur, qui changent évidemment. Minipoussin, 2 mois et demi, est un peu jeune pour dire ce qu’il préfère, mais ça n’empêche pas de lui lire des livres aux images bien contrastées.

Deux livres aujourd’hui : Mon Chat le plus bête du Monde, de Gilles Bachelet et Petit Poisson blanc, de Guido Van Genechten.

1. Mon Chat le plus bête du Monde, de Gilles Bachelet, au Seuil.

Ce livre là, je l’aime, je l’ai acheté enceinte et je l’ai lu à Arthur avant sa naissance. Puis je l’ai rangé sur une étagère dans sa chambre et je ne l’ai ressorti que beaucoup plus tard, il devait avoir dix-huit mois. Succès immédiat !
Ce chat très particulier donne l’occasion de découvrir un humour subtil : évidemment que ce chat est un éléphant ! Pas la peine de le souffler à l’enfant, il arrivera lui-même à cette conclusion, et s’en amusera beaucoup. En plus d’être drôle, c’est vraiment beau et agréable à lire pour les parents, un plus dans les périodes où poussin devient monomaniaque et veut lire CE livre en boucle.

2. Petit Poisson blanc, de Guido Van Genechten, chez Petit Train.

Petit Poisson blanc a perdu sa maman, en la cherchant il va rencontrer un crabe rouge, une tortue verte, un escargot jaune… graphiquement très jolie, cette histoire simple est aussi très lisible même pour un tout petit : une seule question (Est-ce la maman de petit poison blanc ?), une couleur par page sur fond noir… heureusement (attention spoiler), ça finit bien ! Je la lis à Petitpoulet depuis qu’il a trois mois et elle a toujours autant de succès à deux ans, sauf que maintenant c’est lui qui raconte. Hadrien regarde déjà les images avec intérêt, l’ouvrage est bien parti pour faire une seconde carrière aussi brillante qu’avec son grand frère ! Il existe une version cartonnée, que je recommande : c’est le genre de livre qu’un petit de 12-18 mois pourrait lire tout seul, mais en version brochée c’est une peu risqué, sauf si on est prêt à ce qu’il finisse déchiré et machouillé.

Bonne lecture avec vos poussins, bon jeudi !